Stéphane Legrand

La généalogie foucaldienne du libéralisme



Fiche d'écoute

[00:00-03:29] S. Legrand cherche ici à questionner l’articulation entre relations de pouvoir et mécanismes économiques, à travers l’analyse de Foucault du libéralisme comme pratique et manière de rationaliser l’exercice du pouvoir gouvernemental. [03:30-10:11] Ce que Foucault rend visible dans le Cours Naissance de la biopolitique, c’est l’hétérogénéité irréductible et, en même temps, l’indissociabilité qui existent entre rapports de production d’un coté et rationalité politique de l’autre. Foucault nous montre que, afin de comprendre cette indissociabilité, il faut entreprendre une analyse non économique du pouvoir, critiquant ainsi l’ « économicisme » marxiste, qui tombe dans l’erreur de rabattre l’un sur l’autre les deux domaines en question, sans considérer l’écart constitutif entre rapports économiques et relations de pouvoir. Cette critique est particulièrement développée dans Il faut défendre la société, ansi que dans le cours inédit intitulé La société punitive, où Foucault reconnaît que les mécanismes disciplinaires fonctionnent à un double niveau: ils doivent protéger la force productive et les moyens de production, et en même temps, ils « produisent les dispositions à produire », à savoir ils produisent des sujets producteurs. [10:12-23:51] Néanmoins, S. Legrand soutient que Foucault lui-même finit par avancer un modèle interprétatif économiciste, puisque toute l’enquête de Surveiller et punir s’appuie sur l’idée d’une « économie générale des illégalismes » qui existe au XVIIIe siècle, avec la mise en place du pouvoir disciplinaire. Cette analyse, cependant, nous permet de saisir l’asymétrie constitutive et l’irréductibilité qui existe entre les relations de pouvoir et les rapports économiques. En particulier, S. Legrand souligne que le caractère correctif du dispositif disciplinaire n’a pas pour seul effet de majorer les forces productives : il a aussi celui de « produire les sujets productifs ». [23:52-37:30] Face à ces considérations, il ne s’agit pas alors de choisir entre libéralisme ou étatisme, dont l’opposition se révèle par ailleurs historiquement fausse, mais de fabriquer de modalités nouvelles de gouvernementalité. En second lieu, une résistance ne pourra pas se fonder sur une mise en discussion des relations de pouvoir, en faisant abstraction d’une critique de l’économie politique, c'est-à-dire du système capitaliste : le défi politique, donc, consistera à relier la critique foucaldienne des relations de pouvoir avec la critique marxiste de l’économie politique. [37:31-39:58] Pour conclure, S. Legrand formule une distance par rapport aux analyses de Fréderic Gros : pour lui, il ne faut pas trop valoriser les techniques de soi et de subjectivation grecques, alors que ces pratiques s’inscrivaient dans un contexte politique profondément inégalitaire, fondé sur des rapports sociaux et économiques asymétriques. [39:59-01:00:55] Discussion.


Mots-clés : libéralisme, marxisme, correction disciplinaire, forces productives, économie politique.


L’autorisation pour l’insertion (embedded) de cette vidéo provient de l’ENS Savoirs en multimédia, qui en détient tous les droits et que nous remercions donc infiniment. En particulier, on peut trouver l’intervention de Stéphane Legrand ici.

 
Copyright © 2010 Materiali Foucaultiani
All Rights Reserved

Site Design & Implementation by Pixed SNC - Logo by Cartabianca di Bruno Frati

Questo sito utilizza cookies tecnici per questioni di funzionamento basilare (gestione multilingua, analytics). Nessun dato personale è raccolto e utilizzato per fini commerciali. Per avere maggiori informazioni, leggi la nostra Informativa Privacy & Cookies.

Accetto i Cookies da questo sito.