Mathieu Potte-Bonneville

Du penseur de l'usage aux luttes des usagers



Fiche d'écoute

[00:00-02:54] L’objet de cette exposé sera de rendre compte de l’empiricité de certaines luttes présentes, car c’est précisément à ce niveau là que se jouent, aujourd’hui, la majorité des enjeux politiques. Dans cette perspective, la pensée de Michel Foucault se révèle un outil particulièrement fécond pour ces combats qui sont de l’ordre du conflictuel, et qui se structurent autour de la notion d’ « usage ». [02:55-07:29] M. Potte-Bonneville se réfère, comme cas spécifique et en même temps paradigmatique d’autres pratiques de résistance, aux luttes d’usagers des prisons, mettant au jour les rapports et les glissements entre le domaine du juridique (transformations de l’état de droit et des procédures juridiques), les revendications ponctuelles, et le développement de la catégorie d’ « usager » dans la sphère politique. [07:30-15:01] En quoi la grille foucaldienne peut-elle nous être utile pour comprendre ces formes de lutte ? Les analyses de Surveiller et punir et de Il faut défendre la société ciblent la question de la production des individus en tant que sujets politiques, et soulignent la polyvalence tactique des discours. En effet, l’aspect le plus important de ces luttes d’usagers, est que la notion d’ « usage » elle-même est employée par la rationalité de pouvoir actuelle et qu’en même temps elle représente un point d’appui pour des pratiques de résistance, qui visent à questionner de façon radicale cette rationalité. [15:02-26:34] La promptitude de ces luttes et le caractère intolérable du pouvoir sont les éléments qui caractérisent ces mouvements d’usagers. Leur but, nous dit Foucault, n’est pas de prendre le pouvoir ou de renverser l’opposition gouvernants-gouvernés, mais de négocier un espace de liberté. [26:35-36:14] Cela ne signifie pas qu’elles soient moins radicales: tout au contraire, elles combattent le pouvoir dans son affirmation la plus directe, mais sans se situer dans une logique de renversement des rapports de force. Il s’agit de combats irréductibles aux figures classiques de la subjectivation politique. [36:15-48:15] Partant de l’idée d’une polyvalence tactique du concept d’ « usager », M. Potte-Bonneville, par le biais de la notion de contre-conduite, marque une distinction très intéressante entre « usages normés » et « contre-usages » ; distinction par laquelle passe toute résistance, dès lors que la lutte n’est jamais quelque chose d’extérieur au pouvoir mais constitue bien plutôt une force qui cherche à l’infléchir. [48:16-01:15:28] Discussion.


Mots-clés : usages normés, contre-usages, luttes spécifiques, polyvalence tactique (des discours), pratiques de subjectivation.


L’autorisation pour l’insertion (embedded) de cette vidéo provient de l’ENS Savoirs en multimédia, qui en détient tous les droits et que nous remercions donc infiniment. En particulier, on peut trouver l’intervention de Mathieu Potte-Bonneville ici.

 
Copyright © 2010 Materiali Foucaultiani
All Rights Reserved

Site Design & Implementation by Pixed SNC - Logo by Cartabianca di Bruno Frati

Questo sito utilizza cookies tecnici per questioni di funzionamento basilare (gestione multilingua, analytics). Nessun dato personale è raccolto e utilizzato per fini commerciali. Per avere maggiori informazioni, leggi la nostra Informativa Privacy & Cookies.

Accetto i Cookies da questo sito.